Le Nouvelliste

25 Octobre 2004

Paru dans Le Nouvelliste de Trois-Rivières, Qc - Le 25 octobre 2004
Le 18 octobre 2004
info@canadapharma.org
R&D Ressource et Vie
Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada.

Référence : Site : canadapharma
Sujet :
Publicité lors des émissions « 37.5 » à la télévision de Radio-Canada. On peut voir le message suivant à plusieurs reprises pendant les émissions:

« Si nos gouvernements vous donnaient accès aux nouveaux médicaments sans retard inutile, vous auriez raison de croire qu’il y a de l’espoir pour tous; nous y croyons. »

PUBLICITÉS BIAISÉES

Je considère cette publicité comme une totale désinformation. D’abord, les gouvernements doivent analyser les nouveaux médicaments pour couvrir seulement ceux qui présentent une valeur ajoutée; ce qui doit prendre un certain temps. Comme l’indique votre tableau(1), le Québec a autorisé 35 % des médicaments soumis, ce qui me semble raisonnable étant donné que beaucoup d’entre eux sont souvent presque identiques. Pour plusieurs, leur seul avantage est d’assurer des droits de brevets exorbitants aux fabricants.

Par ailleurs, laisser aux médecins une autorité totale sur le choix des médicaments à administrer aux patients serait une décision déplorable(2), car la plupart d’entre eux n’ont que peu de compétence en la matière et doivent se fier au lobby des pharmaceutiques pour les informer. Ils ne peuvent pas faire un choix éclairé puisqu’ils n’ont qu’une information mercantile et souvent incomplète. Il faut voir le nombre de médicaments qui après quelques années s’avèrent dangereux et doivent être retirés du marché alors que les fabricants font l’objet de poursuites judiciaires pour ne pas avoir atteint les objectifs fixés dans la publicité et avoir caché certains effets désastreux de leurs produits. Les médecins devraient donc se contenter de poser les diagnostics et laisser aux pharmaciens le choix du médicament le plus efficace, avec obligation de choisir le médicament générique au meilleur prix et en tenant compte des interactions possibles avec tous les médicaments utilisés par le patient. En effet, souvent un patient est suivi par plusieurs spécialistes qui prescrivent individuellement sans tenir compte des autres prescriptions du patient.

Comme les gouvernements forment la majorité des acheteurs de médicaments pour le pays, ils ont le devoir d’en contrôler la qualité et d’en minimiser les coûts pour les contribuables. Avec l’avènement de la mondialisation des marchés, je considère le médicament une nécessité essentielle de la vie dont: la recherche, la production et la distribution devraient être nationalisées(3)afin de permettre à tous les citoyens du monde, quelques soient leurs revenus, d’avoir accès aux médicaments à un prix raisonnable.

Votre organisme est mal placé pour faire des pressions indues auprès d’une population mal informée, alors que vous profitez largement des programmes de subventions de toutes sortes et à tous les niveaux de gouvernements pour établir vos centres de recherche et subventionner votre main-d’œuvre. De plus, alors que les 9 autres provinces limitent à 10 ans, vos droits de brevet des nouveaux médicaments le Québec, vous accorde 15 ans, ce que je trouve abusif. Pour ma part, je considère qu’une période de cinq ans serait largement suffisante pour couvrir les frais de recherche et de développement(4). Vous n’avez pas à gaver et courtiser les médecins pour faire la promotion de vos produits. Vous pourriez présenter vos découvertes au collège des pharmaciens qui devraient se charger de la formation de ses membres évitant ainsi les conflits d’intérêts, fabricants professionnels. De cette manière, l’information transmise pourrait être plus objective.

En terminant, je considère que la commandite de l'émission d’information médicale 37.5 présentée à la télévision de Radio Canada est très intéressante et reste une très bonne initiative de votre groupe, mis à part les publicités biaisées.

Gaétan Yelle
Cap-de-la-Madeleine, Qc

(1) Pour la période du 1er janvier 2002 au 31 mai 2004.
(2) Comme vous préconisez dans votre communiqué de presse du 16 septembre 2004 sur votre site Internet
(3) De toute manière, nous en subventionnons déjà une bonne partie sans en retirer aucun profit.
(4) ....qui sont souvent financés de plusieurs manières par les fonds publics.

Gateyel@hotmail.com Courriel

Pour plus de détails,
visitez notre site internet :

MES OPINIONS