MOUVEMENT POUR UNE DÉMOCRATIE NOUVELLE

Pour voir l'article complet (tableaux statistiques) :Mouvement Démocratie Nouvelle


Les gouvernements provinciaux élus depuis 20 ans, 7 fois sur 10 sont élus sans avoir la majorité des voix au niveau provincial. Au dernières élections, M. Lucien Bouchard et ses députés n'ont eu que 40% de votes et la même situation s'est répétée à plusieurs reprises.

Le RDN - veut faire des pressions pour que les gouvernements provincial et fédéral adopte un mode de scrutin pour équitable qui tiendrait compte des votes exprimés, qu'un vote ait la même valeur dans toute la province. Par exemple : dans certaines circonscriptions de Montréal un député représente environ 420,000 électeurs, alors que dans Jonquière il en représente seulement environ 30,000.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Le débat sur la réforme du mode de scrutin, qui s'était assoupi depuis 1985, a maintenant repris de plus belle. Les résultats aberrants des élections provinciales de novembre 1998 sont certes la cause de ce réveil; mais également ceux, tout aussi antidémocratiques, des élections municipales montréalaises ayant reporté au pouvoir le maire Bourque et son parti Vision Montréal quelques semaines plus tôt. De plus, un phénomène semblable s'est produit lors des élections fédérales de 1997 qui ont reporté au pouvoir les libéraux de Chrétien. Ces trois partis jouissent d'une majorité parlementaire fabriquée artificiellement par un mode de scrutin surreprésentant le vainqueur. En effet, les péquistes n'ont obtenu que 42,9% des votes; Vision Montréal 40,2% et les libéraux fédéraux encore moins, 38%. En contrepartie, les partis d'opposition sont sous-représentés. S'il s'agit de tiers partis, dont la création est souvent suscitée par de nouveaux courants sociaux, ils le sont toujours de façon démesurée.

C'est là la loi d'airain d'un système dont les colonies du Bas et du Haut Canada ont été dotés par l'Angleterre en 1791, mais qui est demeuré inchangé depuis. Dans les trois quarts des démocraties du monde, au contraire, on a tenu compte de l'évolution socio-politique qui s'est produite depuis le début du XIXe siècle en adoptant la représentation proportionnelle, beaucoup mieux adaptée à des société pluralistes comme la nôtre et beaucoup plus équitable pour l'ensemble des citoyens et des partis. Le Royaume-Uni, berceau du scrutin majoritaire, s'apprête même a introduire une forte dose de proportionnalité dans son système électoral après que le gouvernement travailliste eut décidé de faire profiter d'une telle réforme l'Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord et même la ville de Londres.

Retour à la page précédente

Page d'accueil