LES RÉGIMES ENREGISTRÉS DE RETRAITE


Le 22 janvier 2003

Les régimes enregistrés de retraite.

Avec l'arrivée de février, nous assistons à la fièvre des placements de toutes sortes en vue de préparer la retraite et du même coup, profiter d'un abattement d'impôt. Bien sûr, c'est une pratique bien alléchante pour une grande partie des épargnants, mais, pour les gens à revenus modiques, ce n'est peut-être pas le placement idéal.

Je crois que ce genre de placement est avantageux pour les personnes à revenus élevés, 60,000 $ et plus parce que ce revenu leur laisse une marge suffisante pour leur permettre des placements et profiter des avantages fiscaux. La situation est bien différente pour les travailleurs à revenus moyens, car leurs revenus couvrent tout juste les besoins primaires et secondaires, ne leur laissant à peu près pas de marge pour placements. Pour cette catégorie de travailleurs, il serait préférable de placer ce qu'ils peuvent disposer dans des placements à plus long terme, en dehors des plans enregistrés. Certes, les réductions d'impôt qu'ils peuvent en retirer sont très alléchantes en raison de leur effet immédiat, mais ces mêmes placements seront imposables lorsqu'ils les utiliseront à leur retraite et viendront augmenter leur taux d'imposition.

Au moment de la retraite, les travailleurs disposent généralement d'un revenu qui représente entre 50 et 75 % du salaire qu'ils touchaient en période active, c'est donc à ce moment qu'ils ont besoin au maximum de revenus, "exempts d'impôt ". Ce choix aura une incidence importante sur leur mode de vie, en haussant leur taux de taxation et leur laissant encore moins de revenus. À mon avis, ces exemptions sont des mesures dilatoires pour assurer des revenus aux gouvernements pendant la période où ils prévoient que la population active sera en régression.

Ce régime fiscal est un avantage certain pour les personnes à revenus élevés en leur permettant la spéculation. Pour eux, c'est comme jouer à la Bourse, et ils peuvent se payer les conseils de fiscalistes pour profiter de toutes les échappatoires.

Personnellement, je n'ai jamais eu de revenus suffisants pour me permettre ces placements, sauf dans les 4 dernières années de travail où j'ai profité des placements du Fonds de Solidarité au maximum. Ces placements étaient alors très avantageux parce que je pouvais commencer à les retirer à court terme, ma retraite étant prévue dans 4 ans et qu'alors, les rabais d'impôts étaient de 80 %. J'ai même emprunté d'une Caisse Populaire la dernière année de travail. C'est l'un des cas où ce placement était avantageux, car aujourd'hui, le taux d'exemption dépasse à peine 50 %, ce qui rend le placement beaucoup moins attrayant.

En résumé, il faut bien évaluer l'impact des placements sur votre programme de retraite. Si votre revenu est modique, vous n'avez pas les moyens de spéculer. Il est préférable de s'assurer un maximum de revenus exempts d'impôt lors de votre retraite. Payez vos impôts pendant votre période active, quitte à vous serrer la ceinture en faisant des choix plus judicieux pour vous assurer une retraite plus détendue. Bons placements,

Gaétan Yelle

Retour à la page précédente

Page d'accueil