LA ZLÉA ET LA ZLECP

- LA ZLÉA (ZONE DE LIBRE ÉCHANGE DES AMÉRIQUES )[FTAA]* ET
- LA ZLECP (Zone de libre Exportation du Chômage et de la Pollution)

- M. Paul Martin, notre Ministre des finances et M. Chrétien nous ventent les mérites du libre échange des Amériques.  "Tout le monde doit en profiter" ; rien de plus faux, seulement les compagnies qui font de l'import-export en profiteront comme c'est le cas actuellement pour l'ALÉNA.  Depuis son entré en vigueur, nous constatons les effets néfastes sur la classe ouvrière : pertes d'emplois, rationalisation, fusion, attrition, sont tous des euphémismes qui en bout de ligne touchent les plus démunis de la société.

- La ZLÉA donnera aux grosses compagnies tous les pouvoirs pour aller s'installer dans le pays qui donnera les plus grosses subventions, le plus d'exemption de taxes et d'impôts, et dans le pays qui posera le moins de contraintes environnementales.

- De plus, ces compagnies profitent des toutes les échappatoires fiscales pour payer le moins d'impôts possibles dans les pays qu'ils exploitent.  C'est donc dire que le libre échange est une porte ouverte vers l'exportation du chômage et de la pollution vers les pays les plus faibles(ZLECP).

- Ils nous disent que les ententes devront protéger les plus démunis.  Les pays les plus riches devront contribuer, en pigeant dans les impôts payés par les petits salariés pour venir en aide aux pays moins bien nantis.  Pourquoi ne pas appliquer le principe de l'utilisateur payeur qu'il veut implanter dans les services de santé ; comme ce sont les compagnies d'import-export qui profiteront de ce marché, pourquoi ne pas leur imposer un ticket modérateur sur montant des transactions effectuées, revenu qui serait versée au fonds de solidarité des démunis (FSD). Ce fonds servirait à l'élaboration de mesures sociales destinées exclusivement aux plus démunis.

- On ne doit pas se fier aux gouvernements pour s'acquitter de cette tâche lorsque l'on voit les États-Unis et le Canada se défiler de leurs engagements (3 avril 2001) dans les ententes de Kyoto, en regard de la pollution ; comme ce sont les pays les plus riches qui ne respecte pas leurs accords, que faut-il s'attendre des pays les plus pauvres ?
Gateyel.hotmail.com  5 avril, 2001

- Les compagnies vont sans doute répliquer que c'est une zone de libre échange, donc il ne faut pas imposer de tarifs ; c'est évident.  Par contre, les pays participants devraient s'entendre pour prélever des royautés des compagnies d'import-export, les banques et autres institutions financières pour couvrir les charges sociales.  Comme le commerce et les activités financières représentent la presque totalité des activités économiques, il devient impérieux de ne pas laisser ces outils à l'usage exclusif et non contrôlable d'une minorité.  L'économie et le commerce deviennent aujourd'hui les ressources naturelles des pays.

- Comme il y a de moins en moins d'emplois et que ce sont les secteurs de la finance et du commerce qui profitent de l'économie mondiale, ces secteurs devront se faire à l'idée qu'ils ont un rôle social à jouer et une responsabilité sociale. 11 avril, 2001

* The Free Trade Area of the Americas (FTAA).
* Premier Sommet à Miami en 1994
* Deuxième Sommet à Santiago 1998
* Troisième Sommet à Québec du 20 au 22 avril 2001

Retour à la page précédente

Page d'accueil